A BIGGER BANG - SPECIAL EDITION

1. Rough Justice

2. Let Me Down Slow

3. It Won't Take Long

4. Rain Fall Down

5. Streets Of Love

6. Back Of My Hand

7. She Saw Me Coming

8. Biggest Mistake

9. This Place Is Empty

10. Oh No, Not You Again

11. Dangerous Beauty

12. Laugh, I Nearly Died

13. Sweet Neo Con

14. Look What The Cat Dragged In

15. Driving Too Fast

16. Infamy

Première parution : 18 novembre 2005

Durée CD : 64.11

L'histoire : cette édition spéciale se présente dans un slipcase noir avec la nouvelle langue argentée. A l'intérieur, "A Bigger Bang" normal, dans un boîtier double CD classique contenant le CD et le DVD. La rubrique "Introduction" est l'Electronic Press Kit (EPK) 2005, les interviews sont sous-titrées en français. Le problème de ce genre de documents, c'est l'inévitable frustration qu'ils finissent par générer. On est tout à notre joie d'entendre les quatre Stones parler de l'album et encore plus comblé de voir des images des sessions d'enregistrement au château de Mick, des répétitions à Toronto, du concert de chauffe au Phoenix... Hélas, ces images resteront muettes car doublées par les versions studios des titres qu'elles sont censées illustrer. Rageant ! On n'apprend finalement rien de très croustillant.

On passe ensuite au clip de Streets Of Love, où l'on voit les Stones jouer dans un club sur fond d'histoire d’amour. Un clip en tout point similaire à celui de Like A Rolling Stone, la virtuosité de Michel Gondry en moins. Le réalisateur Jake Nava se fend d'un commentaire audio dans lequel il exprime toute son admiration pour le groupe et où l'on apprend que les Stones auraient jammé pendant le tournage pour le plus grand plaisir des figurants présents. Ont-ils vraiment joué et quoi...? Mystère.

Viennent ensuite les passages les plus hallucinants de cette petite galette promo... Streets Of Love et Rough Justice interprétés pour la télévision (laquelle ? quand ? on ne sait pas) en playback intégral. On se croirait revenu au Dick Cavett Show de 1973, sauf qu'à l’époque, si Mick Taylor faisait semblant de jouer du piano, Mick Jagger chantait vraiment Angie. Si cette séquence peut être amusante, on ne comprend pas bien ce qu'elle apporte à l'album. Or le but de ces DVD bonus reste avant tout d'offir un plus produit pour contrer le téléchargement.

On passera rapidement sur le remix de Rain Fall Down, sans aucun intérêt, pour se consacrer à ce qui constitue la pièce maîtresse de cette galette, deux titres inédits. On ne pourra malheureusement pas en profiter sur sa chaîne hi-fi sans allumer sa télé et ainsi savourer ces deux pépites en regardant un diaporama de photos de presse. Under The Radar est un bon rock stonien mid-tempo qui rappelle par moment le riff lancinant de Child Of The Moon. ça sonne comme le reste de "A Bigger Bang", des guitares partout et la batterie en avant. Don't Wanna Go Home est du même acabit, sur un tempo plus rapide et une mélodie tout aussi accrocheuse.

Enfin, on pourra lire les paroles de tous les morceaux sans pouvoir les écouter, et sans les deux titres bonus. Réservé à ceux qui auraient peur d'abimer le livret du CD...

Ce DVD aurait été une bonne surprise pour les premiers acheteurs de l'album. Le proposer trois mois après est à la limite de la malhonnêteté. Le rachat s'impose pour posséder les deux titres inédits. Qui a parlé de téléchargement...?

BiggerBangLimited