BETWEEN THE BUTTONS - UK

1. Yesterday's Papers

2. My Obsession

3. Back Street Girl

4. Connection

5. She Smiled Sweetly

6. Cool, Calm, Collected

7. All Sold Out

8. Please Go Home

9. Who's Been Sleeping Here?

10. Complicated

11. Miss Amanda Jones

12. Something Happened To Me Yesterday

BETWEEN THE BUTTONS - US

1. Let's Spend The Night Together

2. Yesterday's Papers

3. Ruby Tuesday

4. Connection

5. She Smiled Sweetly

6. Cool, Calm, Collected

7. All Sold Out

8. My Obsession

9. Who's Been Sleeping Here?

10. Complicated

11. Miss Amanda Jones

12. Something Happened To Me Yesterday

BetweenUK

Première parution : 20 janvier 1967 en Grande-Bretagne, 11 février 1967 aux Etats-Unis

Durée CD : 38.29

Durée SACD UK : 38.44

Durée SACD US : 38.51

L'histoire : les trois vagues sont aberrantes, car elles reprennent toutes le vinyle américain, qui écartait Back Street Girl et Please Go Home au profit du nouveau 45  tours Let's Spend The Night Together/Ruby Tuesday. La vague A est immédiatement identifiable par le graphisme de la pochette identique au vinyle : le titre et le nom du groupe sont inscrits dans les boutons de la veste de Charlie. Si en vinyle cet artifice ce révélait graphiquement magnifique, il devient carrément invisible en CD. Aussi, la vague B copia-t-elle la vague C en reprenant la même typo en plus gros de chaque côté de la photo. Comme pour "Aftermath", l'éviction des deux titres sont une entorse artistique grave. Car "Between The Buttons", bien plus que "Their Satanic Majesties Request" en fait, se rapproche du "Sergent Pepper's" des Beatles paru le 1er juin 1967. Qui a copié sur qui maintenant, hein ? Or, l'absence de ces deux titres parfaitement psychédéliques ruine l'intégrité de l'album, surtout que Let's Spend The Night Together et Ruby Tuesday sont deux titres forts, certes, mais complètement pop.

Le SACD : pour la première fois, on peut découvrir l'édition originale (anglaise donc) de l'album en CD. Les deux photos de pochette étant identiques, ABKCO les a différenciées en encadrant celle de l'édition anglaise, qui se retrouve à son tour flanqué d'un petit "UK" dans le coin inférieur droit. A ce sujet, même remarque que pour "Aftermath"… A l’intérieur, on a droit au livret reprenant la bande dessinée de Charlie Watts sur les deux éditions. Le son est excellent. Il faut dire que cet album était parmi les plus pourris en CD et la remasterisation était indispensable ! Le violoncelle de Ruby Tuesday est dans votre salon, gloire est enfin rendue à Miss Amanda Jones et Connection déchire le tissu. Sinon, préférez la version UK qui, tout comme "Aftermath", est la seule vraie.

Pour simplifier, nous appellerons A la première vague de CD européens de 1986, B la seconde et C celle de CD américains, sachant que la vague C remplacera inexplicablement la vague B en Europe en 1997. La vague A est reconnaissable au bandeau rouge en haut à gauche qui mentionnait fièrement et sans honte aucune "Digitally Re-mastered". Elle a été chassée par la vague B, dont les pochettes sont vierges de toute mention mais qui gagnent le logo London en cartouche bleu et rouge. La vague C, elle, est facilement identifiable par son bandeau noir en bas de pochette qui ment à son tour sur la remasterisation numérique, et la seule griffe ABKCO sur la pochette.

BetweenUS