DECEMBER'S CHILDREN (AND EVERYBODY'S)

1. She Said Yeah

2. Talkin' About You

3. You Better Move On

4. Look What You've Done

5. The Singer Not The Song

6. Route 66 (live)

7. Get Off Of My Cloud

8. I'm Free

9. As Tears Go By

10. Gotta Get Away

11. Blue Turns To Grey

12. I'm Moving On (live)

December

Première parution : 4 décembre 1965

Durée CD : 30.08

Durée SACD : 29.06

L'histoire : les américains, trouvant la photo utilisée par les anglais pour leur "Out Of Our Heads" parfaite, et ayant quelques titres en rab', sautèrent sur l'occasion et sortirent juste avant Noël ce disque pour les enfants de décembre. La vague A fit l'impasse, tandis que les vagues B et C le réintégraient au catalogue. Brian Jones déclarera que cet album est «une merde». Il faut dire que le groupe n'avait aucun contrôle sur la politique éditoriale de leurs albums.

Le SACD : la photo de la pochette est en vrai noir et blanc, contrairement à celle du "Out Of Our Heads" UK qui apparaît verdâtre. Le cadrage est légèrement différent aussi, plus serré. Musicalement, entre les deux "Out Of Our Heads" et ce "December's Children", on se retrouve avec pas mal de doublons. Le moyen le plus simple est peut-être de faire l'impasse sur l’album anglais, même si l'on rechigne à donner du crédit à la discographie américaine... Cette solution permet d'avoir Route 66 et I'm All Right en CD, les deux chutes du EP anglais "Got Live If You Want It !". Côté son, si on s'éloigne un peu de la bouillie monophonique que l'on écoutait jusqu'à présent, ce n'est quand même pas transcendant. Faisons crédit aux ingénieurs : ils ont sûrement tiré la meilleure qualité possible de ces enregistrements.

Pour simplifier, nous appellerons A la première vague de CD européens de 1986, B la seconde et C celle de CD américains, sachant que la vague C remplacera inexplicablement la vague B en Europe en 1997. La vague A est reconnaissable au bandeau rouge en haut à gauche qui mentionnait fièrement et sans honte aucune "Digitally Re-mastered". Elle a été chassée par la vague B, dont les pochettes sont vierges de toute mention mais qui gagnent le logo London en cartouche bleu et rouge. La vague C, elle, est facilement identifiable par son bandeau noir en bas de pochette qui ment à son tour sur la remasterisation numérique, et la seule griffe ABKCO sur la pochette.