FORTY LICKS

CD 1

1. Street Fighting Man

2. Gimme Shelter

3. (I Can't Get No) Satisfaction

4. The Last Time

5. Jumpin' Jack Flash

6. You Can't Always Get What You Want

7. 19th Nervous Breakdown

8. Under My Thumb

9. Not Fade Away

10. Have You Seen Your Mother, Baby, Standing In The Shadow

11. Sympathy For The Devil

12. Mother's Little Helper

13. She's A Rainbow

14. Get Off Of My Cloud

15. Wild Horses

16. Ruby Tuesday

17. Paint It Black

18. Honky Tonk Women

19. It's All Over Now

20. Let's Spend The Night Together

CD 2

1. Start Me Up

2. Brown Sugar

3. Miss You

4. Beast Of Burden

5. Don't Stop

6. Happy

7. Angie

8. You Got Me Rocking

9. Shattered

10. Fool To Cry

11. Love Is Strong

12. Mixed Emotions

13. Keys To Your Love

14. Anybody Seen My Baby?

15. Stealing My Heart

16. Tumbling Dice

17. Undercover Of The Night

18. Emotional Rescue

19. It's Only Rock'n'Roll (But I Like It)

20. Losing My Touch

Première parution : 30 septembre 2002

Durée CD :

L'histoire : cette énième compilation n’est toujours pas une œuvre posthume. Quelle classe ! Les Stones n’ont pourtant pas l’habitude de fêter quelque anniversaire qui soit, mais celui-ci, difficile d’y échapper. Drogues, femmes, médias, police, justice, fric, rien ni personne n’aura donc eu raison du plus grand groupe de l’histoire du rock. Et ça continue… Pour preuve, les quatre inédits qui figurent au milieu des éternels classiques que sont Brown Sugar, Start Me Up, ou (I Can’t Get No) Satisfaction… Quatre inédits seulement ?! Sur deux CD ?! Choix discutable, certes. Les Stones justifient cela en expliquant que la compilation sert de bilan de carrière et que les quatre nouveautés montrent que cela n’est pas fini… Les fans se précipiteront pour le nouveau matériel et le grand public ajoutera ce disque aux côtés du "1" des Beatles, du "Singles Collections" de Bowie ou simplement… de "Jump Back" ! On remarquera que "Dirty Work" a été sagement oublié (et One Hit (To The Body), alors ?) tout comme le superbe Highwire, tombé aux oubliettes… Enfin, last but not least, cette compilation a le mérite de présenter pour la première fois la période Decca/ABKCO avec le reste du catalogue stonien. Une première dans l’histoire du groupe car, hormis les lives, aucun morceau des deux époques ne s’était côtoyé de la sorte. Un CD complet pour dix ans de carrière et un autre pour trente ans, les fans de la période Brian Jones se tuaient à nous le dire depuis des années, "Les Stones, c’est les sixties !". N’en déplaisent à ceux qui ne jurent que par l’ère Mick Taylor, avec seulement six morceaux. Comme quoi Art et Histoire ne s’accordent pas toujours. C’est aussi sans doute cela qui explique que ce récapitulatif ne soit pas chronologique. Les Stones sont intemporels, leur musique aussi.

fortylicks