SYMPATHY FOR THE DEVIL (ONE + ONE)

SFDjpg

Réalisateur : Jean-Luc Godard

Sortie salle : 7 mai 1969

Durée : 1h40

Trente-sept ans et six mois après la première projection de "Sympathy For The Devil" (producer's cut), "One + One" (director's cut) sort officiellement en France en DVD, le 3 mai 2006. Il aura donc fallu attendre trente années après l'apparition des premiers magnétoscopes grand public. Dans les années 80, de nombreuses VHS de piètre qualité ont été achetées sous le manteau. Puis dans les années 90 paraît l'édition en laserdisc de "Sympathy For The Devil", pour les heureux propriétaires de lecteurs LD. En 2003, ABKCO Records sort le DVD, toujours dans la version de la production. Enfin, en mai 2006, Carlotta Films édite sur le même disque "One + One" et "Sympathy For The Devil".

Les deux versions ont été remasterisées et restaurées. La bande son est en version originale stéréo sous-titrée en français. Le format image 1.37 a été respecté. Dans ce film, Jean-Luc Godard a voulu opposer le thème de la destruction à celui de la création. Le premier est représenté par des textes manifestes de l'idéologie révolutionnaire, lus par des acteurs noirs. Ces textes sont extraits de Soul On Ice, d'Eldridge Cleaver, alors Ministre de l'Information du Black Panther Party, réfugié en Algérie, et de Blues People, de l'écrivain noir Leroi Jones. On y voit également un fasciste déclamant Mein Kampf d'Adolf Hitler, et une nouvelle pornographique lue par Sean Lynch, dont Godard serait l'auteur. La création est symbolisée par la naissance de Sympathy For The Devil, durant le tournage au fil des sessions de "Beggars Banquet", aux Olympic Studios, du 4 au 10 juin 1968.

Même s'ils peuvent paraître semblables, les deux films sont artistiquement diamétralement opposés. Mais quelles sont donc ces différences qui ont fait péter les plombs de Jean-Luc Godard lors de la projection officielle à Londres le 30 novembre 1968 ? Il y en a quatre. Tout d'abord "One + One" commence par son titre et les crédits du film sur fond noir. "Sympathy For The Devil" ouvre par le logo animé de Cupid Production pour laisser place au titre et aux crédits, ce qui dure quinze secondes supplémentaires. Le deuxième changement se situe au chapitre 3, nommé "Sight And Sound". Il y a un plan sur Brian Jones de dos, assis, attendant la quatrième prise avec un casque sur les oreilles et sa Gibson J-200 dans les mains. Dans la version de Iain Quarrier, la voix off de Sean Lynch est coupée avant qu'il ne lise la page 72 de la nouvelle (que de détails !). Godard, lui, laisse le narrateur lire le texte dans son intégralité. Troisième point, dans "One + One", pendant le tableau "Changes In Sociaty", les Stones jamment pendant dix minutes. De leurs côtés, les producteurs ont shunté la bande son de la jam à 7 minutes 45 secondes, pour mettre la version officielle de Sympathy For The Devil à la place. Enfin, la fameuse scène de fin intitulée "Under The Stones The Beach", en référence aux événements récents de Mai 68, est différente. Pour des raisons commerciales et moins provocatrices, les producteurs ont choisi de finir le film avec des images arrêtées de couleur sur la version définitive de Sympathy For The Devil, ce qui était très tendance à l’époque. Jean-Luc Godard termine avec la voix off et la bande son de la jam précédente, puis une coupure au noir. Cette différence est fondamentale. En effet, pour le réalisateur, le processus de création artistique est plus important que le résultat final. Tout le film s'articule autour de séquences sans véritables fins et des versions de travail différentes de Sympathy For The Devil, évoluant pendant le tournage. C'est pourquoi la version définitive est absente. Tout ceci est très bien expliqué dans les bonus du DVD, "De One + One à Sympathy" (4 minutes) et "One + One par Jean Douchet et Christophe Conte" (25 minutes). Le troisième bonus, "Voices", est le making of (44 minutes en VOST). La bande annonce de 1968 de "Sympathy For The Devil" et celle de 2006 complètent cette excellente édition. Seul reproche, la jaquette cartonnée entourant le boîtier cristal est massacré par un bandeau publicitaire aux multiples partenaires.

SympathyForTheDevil