THE ROLLING STONES
ROCK'N'ROLL CIRCUS

Réalisateur : Michael Lindsay-Hogg

Durée : 65 min

Vingt-huit ans ! C'est le temps qu'il aura fallu pour enfin découvrir dans de bonnes conditions ce show de Noël 1968. En 1996, nous nous sommes rués sur les VHS, certains ont même craqué pour le LaserDisc, alors summum de la qualité home video. Et puis voilà, encore huit ans après, ce qui comptait parmi les arlésiennes les plus fameuses de l'histoire du rock ressort dans une édition que l'on peut qualifier de définitive

Le packaging digipack est réussi. Il respecte bien l'ambiance du show. Il en va de même pour les menus du DVD qui sont franchement réjouissants, faisant référence à un programme de cirque. Evidemment, ce sont les bonus qui nous intéressent tous, puisque le film, on connait. Au programme, plusieurs commentaires audio, des interviews et des outtakes. Pas moins de trois pistes de commentaires sont disponibles. Sur la première, vous entendrez le réalisateur Michael Lindsay-Hogg et le directeur de la photo Nick Richmond raconter leurs souvenirs du tournage de l'événement  car c'en était un. Aucune vraie révélation ne vient illuminer ces dires, mais ça reste amusant à écouter. Sur la deuxième piste, ce sont les artistes qui se succèdent au micro, avec, à tout seigneur tout honneur, Mick Jagger en ouverture. Ce commentaire est à la fois le plus intéressant et le plus frustrant. Ce sont les souvenirs de Ian Anderson (le chanteur-flutiste de Jethro Tull) et de Bill Wyman qui sont les plus agréables à écouter. On y apprend ainsi que le jeune guitariste qui accompagnait Jethro Tull était un remplaçant de dernière minute qui avait la particularité plutôt inhabituelle pour un guitariste de n'avoir que huit doigts... et deux prothèses. C'est ainsi qu'on peut voir Tommy Iommi, futur Black Sabbath, aux côtés d'un grand barbu sur une jambe avec une flûte traversière. Le commentaire de Jagger est vraiment minimaliste puisqu'il ne dure que les premières images du film et quelques minutes supplémentaires à la toute fin. Le problème, c'est que ni lui ni Richards qui intervient plus tard assez longuement  ne parlent de ce que l'on voit à l'écran. Ils s'égarent sur des anecdotes inintéressantes, au lieu de réellement commenter les images. On aurait pourtant rêvé entendre le Keith Richards de 2004 se laisser aller à quelques épanchements sur le Keith Richards de 1968. Au lieu de cela, on a plus l'impression d'entendre une banale interview, comme si en réalité, il ne voyait pas les mêmes images que nous. Les interventions de Taj Mahal et Yoko Ono sont du même acabit. Quant à la troisième piste de commentaires, elle contient ceux de Marianne Faithfull, du journaliste David Dalton et d'un spectateur de l’époque, David Stark. Attention, cette piste ne s'active qu'à partir du set de Taj Mahal. Donc si vous n'entendez rien au début, c'est normal. Il convient de signaler que tous les commentaires sont sous-titrés en français, un très bel effort.

La partie outtakes recèle trois titres supplémentaires de Taj Mahal et deux du pianiste classique Julius Katchen. On trouve aussi une autre prise du Yer Blues en split screen. Pas franchement utile. On peut enfin voir les scènes de cirque coupées du montage initial, avec les clowns. L'interview de Pete Townshend est peut-être le bonus le plus intéressant, le guitariste semblant être celui des nombreux intervenants qui a gardé une vision claire de l'enregistrement. En bonus caché – dans la partie Slideshow, allumez le dessin sous la photo de Keith Richards –, on peut voir la "lovely Luna" caresser un tigre devant un Jagger pas vraiment rassuré.

La remasterisation du son est réussie et l'on préfèrera la piste 5.1, plus ample que son homologue stéréo. L'image, elle, présente de nombreux petits défauts mais reste probablement la meilleure possible. De toute façon, c'est mieux que la VHS et on en a plus, donc...

RnRCircus